Le Vietnam : un carnet de voyage amoureux

2104

Nous sommes entrées au Vietnam en traversant un pont. D’un côté Hékou, Chine et de l’autre Lao Caï, Vietnam. Quand j’étais petite, je trouvais déjà ça ridicule de découper des morceaux de Terre et de les appeler par des noms différents, j’ai grandi mais je trouve toujours que ça n’a pas de sens. Quoiqu’il en soit nous entrons au Vietnam comme nous entrons dans la joie, le sourire aux lèvres et il ne nous quittera plus.

 

 

Et au milieu des rizières, Sapa…

 

Nous attendons le bus sur le bas côté de la route, vingt minutes à regarder les gens aller et venir en sirotant une coconut fraîche, un homme approche et nous demande où nous allons. Nous lui répondons que nous nous rendons à Sapa. « C’est là bas le bus pour Sapa » nous dit-il avec un large sourire. On pouvait toujours attendre! Nous traversons la rue et attendons de nouveau un petit moment avant de voir le bus local arriver.

Sapa, direction Sapa!

Ah les montagnes, l’air frais, la neige! Euh non je m’emballe un peu là, on va pas en Suisse!!! Le ciel est presque dégagé, un coin de soleil nous accueille, quelques pas dans la ville avant de rejoindre notre hôtel pour un sommeil bien mérité… Demain, il fera jour. Comme d’habitude nous prenons notre temps, nous nous imprégnons de la vie, du moment, nous nous laissons porter.

 

 

 

carte de Sapa

 

 

Au matin du troisième jour, après un bon repos, nous décidons d’aller nous promener dans la montagne. Nous choisissons un chemin qui descend près de la rivière et nous laissons emporter par nos pieds trop contents de fouler la nature. Nous achetons en chemin, deux tomates, un concombre, du pain et par tous les Dieux! De la vache qui rit!!! Avec ça c’est sur le déjeuner sur l’herbe est assuré!!!

 

rizière a Sapa Vietnam

 

 

Nous traversons tour à tour les champs, une forêt de bambou, contournons les rizières, pour nous poser quelques instants près d’une petite cascade pour le coucher du soleil. La magie de ce moment nous emporte et nous oublions presque que nous avons une bonne dizaine de kilomètres à parcourir pour retrouver Sapa et son animation.

Nous rentrons en début de soirée et dans le hall de l’hôtel nous rencontrons une fillette toute blonde qui nous demande :

  F : « vous logez ici? »

A –  Oui

F  –  C’est pas trop bruyant?

A –  Non ça va…

F  –  Les lits sont confortables?

A –  Oui et les chambres sont grandes

F  –  Tant mieux parce que nous, on est plusieurs… 

 

Effectivement arrive une autre jeune fille un peu plus âgée, puis une autre avec Papa et Maman. Nous passons une délicieuse soirée en leur compagnie et nous découvrons avec plaisir le récit de leur tour du monde qu’ils sont sur le point de terminer. C’est ça aussi le plaisir du voyage, échanger avec la population locale mais aussi avec les voyageurs, c’est un peu comme si on était une grande famille!

Au matin suivant nous prenons le bus, cette fois pour la plage! Direction Hoi An, au centre du pays, certains voyageurs nous ont dit de ne surtout pas la rater! Ah ah! Presque deux jours pour y arriver!

 

 

 

Hoi An, Hoi An, 3 semaines d’arrêt !

 

On s’installe pour trois semaines. Comme il est plaisant de poser son sac en sachant qu’on ne le reprendra pas le jour suivant ni même celui d’après… La vie de nomade, c’est quand même pas de tout repos!!!

Au fur et à mesure des jours qui passent nous faisons connaissance avec la famille propriétaire de la guest house. Rocky, oui je sais c’est pas très vietnamien mais c’est le nom qu’il nous a donné… Bref, lui et sa femme sont installés avec leur deux enfants, les frères et soeurs ainsi que les grand-parents… Pendant notre séjour, la maman de Rocky décède, s’en suivront trois jours de cérémonies Bouddhistes. Nous sommes invitées au repas de fin de deuil, assises à la table des hommes nous avons l’opportunité de discuter davantage avec Rocky, chacun de ses mots est un enseignement. D’ailleurs nous décidons de l’interviewer avant notre départ :

 

R : Le simple fait de me lever le matin, de voir le lever du soleil, de respirer, me rend heureux. Je souhaite la même chose à tout le monde, se sentir heureux et aimer la vie. We are all together, il n’y a pas d’asiatiques et d’européens, nous sommes les doigts d’une main, ensemble. Profitez de la vie!

 

Nous nous prélassons sur une petite plage déserte et nous travaillons aussi…. Un peu…. Beaucoup… En tout cas passionnément.

Au hasard nous empruntons les petites rues de tra Que pour découvrir très tôt le matin, les paysans arroser, récolter les légumes que nous dégusterons le jour même.

 

jardins de tra que

 

 

La vie est paisible à Hoi An, en tout cas pour nous, elle est un délice et nous avons du mal à la quitter.

 

 

Hoi An au Vietnam

 

 

Le jour du départ, nous passons devant l’annonce d’une maison à louer…. Non, nous continuons notre aventure pour cette fois, mais sois en sur Hoi An, nous reviendrons. Nous reprenons la route dans l’autre sens, Hanoi nous attend.

 

 

À nous la capitale !

 

Elle est bien différente la capitale du Vietnam avec ses quelques je ne sais combien d’habitants….

Comme elle est grande.

Comme elle est animée.

Ça fourmille de terrasses de cafés miniatures, des tables basses avec des petits tabourets, cela suffit à nous charmer.

quartier de Hanoi

A Hanoi, il semblerait que les gens vivent plus dehors que dedans, ils cuisinent, jouent aux cartes, se lavent les dents. Le festival de la vie bat son plein. C’est à pied qu’il faut parcourir le coeur historique de la ville pour en saisir l’essentiel. Artisans et marchands ambulants font vivre les rues de ce quartier dit des « 36 corporations ». A chaque rue, son métier! Hanoi est joyeuse et nous envoute à son tour, une de nos activités favorites est de regarder les scooters démarrer au carrefour, quel spectacle!!! (Pour vous donner une idée, voici notre vidéo du Vietnam)

 

le Vietnam en scooter

 

 

 

Alors, le Vietnam c’est comment…?

 

 

spécialité VietnamienneOn ne peut pas parler du Vietnam sans parler de sa nourriture! Nous nous sommes régalées de Pho comme nous l’avait prédit notre cop’s Clo d’Evasions Gourmandes, (si vous en voulez la recette c’est par ici) de Ban seo (sorte de crêpe garnie) de Ca Lao ou encore de white roses, spécialité d’Hoi An dont il semblerait que la recette secrète soit bien protégée!

 

On ne peut pas parler du Vietnam sans parler de la Baie d’Halong! Eh ben si! Il parait qu’elle est belle! Il parait qu’elle est sale et chère! On a tout simplement préféré profiter d’Hoi An dont nous sommes tombées amoureuses…

rencontre avec Rehahn

 

On ne peut pas parler du Vietnam sans mentionner un grand Monsieur de la Photo! J’ai nommé Réhahn que nous avons eu la chance de rencontrer et d’interviewer. Si vous n’avez pas encore lu notre entretien, c’est par ici ! On connaissait ses photos, on a découvert l’homme! Il est à l’image des photos qu’il fait! À chacun d’y mettre ses mots…

 

 

En conclusion nous vous dirons seulement ceci…

 

 

mamy Réhahn

 

 

Nous avons rencontré le Vietnam, le coeur ouvert, comme si nous retrouvions un vieil ami et nous avons vécu ensemble une histoire que nous continuerons d’écrire.

 

 

Tu as aimé cet article? N'hésite pas à le partager!!!
PARTAGER
Rêves et Sac à Dos est un Blog voyage autour du monde créé par Audrey et Karine. Vous y retrouverez des conseils pour préparer vos voyages et votre tour du monde, des récits, photos et vidéos. Suivez le fil rouge de leur Tour du Monde : "Quel est ton rêve?" à travers les interviews des enfants qu'elles rencontrent sur les 5 continents Rejoignez-nous sur notre profil Google+

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE