Réhahn, photographe voyageur : « Je suis tombé amoureux »

4418

Il est de ces moments qui rendent le voyage magique. Une rencontre. Celle de Réhahn.

 

Réhahn, photographe-voyageur

 

Réhahn Croquevielle
(crédit photo : Geo.fr)

Réhahn est l’un des photographes-voyageurs les plus renommés. Consacrées à plusieurs reprises, ses photos touchent, émeuvent, racontent. Il a fait du portrait sa spécialité et du Vietnam son terrain de jeu. Réhahn échange, rencontre avant de photographier. C’est probablement ce qui rend ses photos si parlantes. Après de nombreux voyages, il arrive au Vietnam et tombe rapidement amoureux de ce pays et de ses habitants. Il développe son style et une nouvelle rencontre s’offre à lui : le succès. Los Angeles Times, Géo magazine, National Géographic, Elle, BBC, classé 4ème dans le top 10 des meilleurs photographes de voyage du célèbre site Boredpanda… Les photos de Réhahn sont partout et surtout à Hoi An où nous l’avons rencontré.

 

L’interview de Réhahn par Rêves et Sac à Dos

 

vietnam rehahn croquevielle
crédits photo : Réhahn

8h30, le matin. Hoi An, encore endormie, nous prête son décor. À la terrasse d’Enjoy, 3 cafés fument. Karine questionne, Réhahn répond, j’écoute. Une discussion plus qu’une interview, un moment comme sait vous en offrir le matin, paisible, serein.

 

 

Réhahn, ton histoire avec la photo? Est ce la photo qui entraine le voyage ou le voyage qui entraine la photo?

Réhahn : Pour moi, c’est le voyage qui a entrainé la photo. Je pense qu’il y a un photographe en chacun de nous, en chaque voyageur, on ne le sait pas forcément. Je pense que quand on part en voyage, la première chose qu’on a envie de faire, c’est se rappeler, capturer un moment, faire une belle image, la ramener et la montrer. On a envie de graver le souvenir.

J’ai sans doute été influencé aussi par un graphiste photographe avec qui je travaillais dans l’imprimerie. il retouchait ses photos au bureau, je le voyais faire, je trouvais ça génial. Il m’a poussé à acheter un appareil, à mes retours de voyage je lui montrais mes clichés et il me donnait des conseils. Donc au fur et à mesure, j’ai eu envie de m’améliorer, je suis perfectionniste, j’aime aller jusqu’au bout. Du coup je me suis dit, je vais m’y mettre!

Regarde le mur jaune en face, c’est le plus beau back ground qu’on puisse avoir à Hoi an, tu te mets ici pendant deux heures et tu attends, les modèles passent les uns après les autres. Aujourd’hui ça s’est inversé, je prévois mes voyages en fonction de la photo.

 

Réhahn photo
Crédits photo : Réhahn

 

 Le Vietnam est un studio à ciel ouvert, Hoi an est un studio géant avec un modèle à chaque coin de rue, il suffit d’ouvrir les yeux.  

 

 

La photo t’amène rapidement au portrait, au partage d’une émotion, racontes nous, qu’est ce que tu cherches exactement?

Réhahn : J’ai jamais été excité d’être tout seul devant un paysage avec un trépied, dans le silence à attendre la bonne lumière. Je le fais de temps en temps parce que je passe devant de belles choses et que j’ai envie de le montrer, mais mon truc c’est de partir en moto, m’arrêter sur le bord des routes, parler aux gens, arriver dans les petits villages les plus reculés, rencontrer les gens, m’asseoir à côté d’eux par terre, être complètement avec eux.

J’étais assez timide quand j’étais jeune, c’est dur à croire mais à l’école quand il fallait que je parle devant tout le monde j’étais souvent malade ce jour là… Le portrait m’a permis d’aller au delà de cette timidité. Ce que j’aime c’est la connexion, l’interaction.

La principale erreur qu’un photographe peut faire, c’est d’oublier le modèle, de ne pas lui montrer la photo et de partir aussitôt. Un photographe ne peut pas faire une belle photo tant qu’il ne comprend pas qu’il est lié au modèle. Ce que je cherche, c’est aller au plus proche de la personne, d’aller dans son intimité. Parfois c’est l’histoire derrière la photo qui me plait, plus que la photo elle même, je suis un humain, un humaniste avant d’être un photographe et ça plait, les gens ont besoin de retrouver un peu d’émotion positive.

 

cigare addict Réhahn photo
Crédits photo : Réhahn

 

 Le photographe n’existe pas sans le modèle et le modèle n’existe pas sans le photographe, on est intimement lié.  

 

 

Est ce que tu photographies un paysage comme tu photographies un visage?

Réhahn : Absolument pas… Quand je photographie un paysage, techniquement, ça ne me fait pas vibrer. enfin le décor me fascine mais je préfère le regarder. Je suis tellement accrocher aux gens, encore une fois le portrait me permet d’être au plus près de la personne, d’essayer de la comprendre. J’étudie en fait les gens, la façon dont ils réagissent, c’est intéressant.

 

old people vietnam
Crédits photo : Réhahn

 

 Je suis tombé amoureux des vietnamiens. J’ai l’impression d’être chez moi ici et je pense qu’ils m’ont acceptés comme quelqu’un de leur famille.  

 

 

Le voyage fait parti de ta vie depuis longtemps, ta définition du voyage ?

Réhahn : Y’a un truc que je disais toujours quand je voyageais, c’est que le voyage est l’école de la vie, c’est là que tu apprends vraiment. Quand tu vas voir d’autres peuples tu apprends la tolérance, la différence, tu comprends la diversité. Je pense que c’est la meilleure école en fait, tu découvres qui tu es. Quand on part en voyage même si c’est pour deux semaines, on n’est pas pareil en rentrant, on a changé. Bien sur si on part un an ou cinq ans, on est plus du tout le même. Le fait de vivre ici aujourd’hui je sais que je ne suis plus du tout compatible avec la vie occidentale, je ne pourrais jamais rentrer en France. J’ai une liberté extrême ici, j’ai toujours été obsédé par la liberté. C’est peut être ce qui me définit  je suis un  libertaire, pas libertin hein, libertaire… J ‘aime la liberté.

 

buon ma thuot rehahn
Crédits photo : Réhahn

 

 

On dit que lorsque l’on voyage longtemps, le retour est difficile.  Tu n’es pas rentré?

Réhahn : Oui on dit souvent qu’on est jamais autant fatigué que quand on rentre de voyage… J’ai voyagé dans 34 pays, j’ai fait l’Amérique latine en sac à dos mais je suis attiré par l’Asie et il y a sept ans j’ai eu envie de parrainer au Vietnam. Avec ma femme nous avons rencontré notre filleule par l’intermédiaire d’une association, elle habite à Hoi An. Nous sommes venus tous les ans et il y a trois ans nous avons eu envie aussi de changer de vie, une alternative à la vie qu’on nous propose en France. Voilà pourquoi nous habitons à Hoi an aujourd’hui. Notre filleule, sa soeur et sa maman vivent avec nous, nous sommes très attachés, elles sont devenues ma famille.

 

photo Réhahn expo
Crédits photo : Réhahn

 

 

Un pays ou un lieu où tu n’es pas encore allé et qui t’appelle?

Réhahn : Je vais en Mongolie très prochainement. le Tibet et le Bhoutan sont deux pays que je mets sur ma liste et puis il y a le Népal. Après ces pays là, je me demande où j’irais mais bon il y aura toujours quelque chose qui arrivera…

 

photographer Réhahn
Crédits photo : Réhahn

 

 

Tu es devenu papa, c’est un autre voyage.

Réhahn : Oui c’est le plus beau voyage. C’est une autre école. Aujourd’hui même si ma vie est rythmée par la photographie, mon quotidien est rythmé par l’ emploi du temps de mon fils, aller à la mer avec lui, passer du temps avec lui. Ça fait trois ans maintenant. Je pense que quand tu as un enfant tu découvres encore une autre partie de toi même, c’est la partie extrême de l’amour, tu ne peux pas aimer plus quelqu’un qu’un enfant, c’est au-delà de ce qu’on peut imaginer.

 

child portrait by rehahn
Crédits photo : Réhahn

 

 C’est le plus beau voyage… Et c’est à vie !  

 

 

10h25. Les tasses sont vides, le micro coupé. Hoi An s’éveille, Réhahn se lève, Karine se tait et j’écris…

 

 

Quelques infos

 

galerie couleurs d'AsieVous pouvez bien sûr suivre le travail de Réhahn sur son site internet et sa page Facebook et vous tenir informé des expos à venir (Toronto, la Havane, expo itinérante en Pologne, Versailles, Rennes…)

Si vous êtes de passage au Vietnam et plus spécialement à Hoi An, ne manquez pas la galerie de Réhahn, Couleurs d’Asie. Vous  pourrez y admirer les plus célèbres de ses photos ainsi que feuilleter son livre : Mosaic of Contrasts. Qui sait, peut-être repartirez vous avec un exemplaire dédicacé? Et un très joli souvenir du Vietnam…

 

 

livre mosaic of contrast

 

 

 

Tu as aimé cet article? N'hésite pas à le partager!!!
PARTAGER
Rêves et Sac à Dos est un Blog voyage autour du monde créé par Audrey et Karine. Vous y retrouverez des conseils pour préparer vos voyages et votre tour du monde, des récits, photos et vidéos. Suivez le fil rouge de leur Tour du Monde : "Quel est ton rêve?" à travers les interviews des enfants qu'elles rencontrent sur les 5 continents Rejoignez-nous sur notre profil Google+

Commentaires

commentaires

4 Commentaires

  1. […] Quand je photographie un paysage, techniquement, ça ne me fait pas vibrer. enfin le décor me fascine mais je préfère le regarder. Je suis tellement accroché aux gens, encore une fois le portrait me permet d’être au plus près de la personne, d’essayer de la comprendre. J’étudie en fait les gens, la façon dont ils réagissent, c’est intéressant, confiait l’auteur de ces portraits d’enfants au Vietnam dans une interview à Rêve&Sacados. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE